Bienvenue sur Marin86
ce forum à pour but de rassembler les aquariophiles de la vienne et d autres départements .
je vous souhaite une très bonne navigation sur ce forum .
Le staff



 
Accueilla recherche sur les coronavirus Portai10S'enregistrerConnexion
 

 la recherche sur les coronavirus

Aller en bas 
AuteurMessage
goayzer
.
.
goayzer

Messages : 2045
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Saint Maurice la Clouère (86)
Emploi/loisirs : technicien de laboratoire

la recherche sur les coronavirus Empty
MessageSujet: la recherche sur les coronavirus   la recherche sur les coronavirus Icon_minitimeMer 11 Mar 2020 - 23:25

Bonjour à tous étant dans le milieu scientifique et pleinement touché par les restrictions budgétaire, gel des moyens humains. Ce qui nous arrive actuellement aurais pu être évité. Je vous communique un billet syndical formalisant la situation de la recherche française en biologie santé... Malheureusement je pense que notre système de santé n'est guère en meilleure forme que notre système de recherche. No 
Bonne lecture.
 
Face à l’ampleur que prend l’épidémie du Coronavirus, les annonces de déblocages immédiats de fonds pour financer la recherche se succèdent. Ainsi, on apprend que les Ministres F. Vidal et O. Véran viennent de proposer 5,5 M€ qui s’ajoutent aux 2,5 M€ déjà débloqués en février pour soutenir des programmes de recherche sur le Covid-19. Un appel à projet flash de l’Agence Nationale de la Recherche a d’ailleurs été mis en place le 26 février dernier pour distribuer une partie des sommes engagées.
De nombreux chercheurs se manifestent pour dire que, faute de financement, ils ont été contraints d’abandonner il y a des années leurs recherches sur ce type de virus. Comment penser alors que ces quelques millions, investis en urgence, puissent rattraper le temps de recherche perdu parce que des secteurs scientifiques ont été jugés “non rentables”, trop fondamentaux, par nos tutelles. En recherche, et peut être plus qu’ailleurs, le temps ne s’achète pas ! Maintenant que, malheureusement, des morts s’accumulent, qu’une bonne partie des pays du monde voient leurs activités économiques impactées, nos tutelles considèrent-elles toujours qu’il était opportun de mettre ces secteurs de recherche en veille ? Pour mémoire, Bruno Le Maire prévoyait fin février que l’épidémie de Coronavirus induirait une baisse du PIB de la France d’au moins 0,1 point, soit plus de 2,5 milliards d’euro !
Ainsi, au moment où l’on attend les derniers arbitrages financiers de la future loi de programmation de la recherche et où le SNPTES(c'est un syndicat) se bat pour qu’elle réponde réellement aux besoins de la communauté scientifique, il est indispensable que le gouvernement se rende bien compte de ce qu’une recherche fondamentale performante, libre de se développer comme les équipes de recherche l’entendent, apporte à la société et, au-delà des aspects économiques, parfois, des vies qu’elle peut sauver.
Il est temps de faire confiance à la communauté scientifique et de nous donner les moyens de travailler.
Le SNPTES se permet de faire suivre le témoignage indépendant de Bruno Canard, chercheur au CNRS et spécialiste dans les mécanismes moléculaires de la réplication des virus émergents :

"Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus. En 2002, notre jeune équipe travaillait sur la dengue, ce qui m’a valu d’être invité à une conférence internationale où il a été question des coronavirus, une grande famille de virus que je ne connaissais pas. C’est à ce moment-là, en 2003, qu’a émergé l’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) et que l’Union européenne a lancé des grands programmes de recherche pour essayer de ne pas être pris au dépourvu en cas d’émergence. La démarche est très simple : comment anticiper le comportement d’un virus que l’on ne connaît pas ? Eh bien, simplement en étudiant l’ensemble des virus connus pour disposer de connaissances transposables aux nouveaux virus, notamment sur leur mode de réplication. Cette recherche est incertaine, les résultats non planifiables, et elle prend beaucoup de temps, d’énergie, de patience.
C’est une recherche fondamentale patiemment validée, sur des programmes de long terme, qui peuvent éventuellement avoir des débouchés thérapeutiques. Elle est aussi indépendante : c’est le meilleur vaccin contre un scandale Mediator-bis.
Dans mon équipe, nous avons participé à des réseaux collaboratifs européens, ce qui nous a conduits à trouver des résultats dès 2004. Mais, en recherche virale, en Europe comme en France, la tendance est plutôt à mettre le paquet en cas d’épidémie et, ensuite, on oublie. Dès 2006, l’intérêt des politiques pour le SARS-CoV avait disparu ; on ignorait s’il allait revenir. L’Europe s’est désengagée de ces grands projets d’anticipation au nom de la satisfaction du contribuable. Désormais, quand un virus émerge, on demande aux chercheur·ses de se mobiliser en urgence et de trouver une solution pour le lendemain.
Avec des collègues belges et hollandais·es, nous avions envoyé il y a cinq ans deux lettres d’intention à la Commission européenne pour dire qu’il fallait anticiper. Entre ces deux courriers, Zika est apparu…
La science ne marche pas dans l’urgence et la réponse immédiate.
Avec mon équipe, nous avons continué à travailler sur les coronavirus, mais avec des financements maigres et dans des conditions de travail que l’on a vu peu à peu se dégrader. Quand il m’arrivait de me plaindre, on m’a souvent rétorqué : « Oui, mais vous, les chercheur·ses, ce que vous faites est utile pour la société… Et vous êtes passionnés ».
Et j’ai pensé à tous les dossiers que j’ai évalués.
J’ai pensé à tous les papiers que j’ai revus pour publication.
J’ai pensé au rapport annuel, au rapport à 2 ans, et au rapport à 4 ans.
Je me suis demandé si quelqu’un lisait mes rapports, et si cette même personne lisait aussi mes publications.
J’ai pensé aux deux congés maternité et aux deux congés maladie non remplacés dans notre équipe de 22 personnes.
J’ai pensé aux pots de départs, pour retraite ou promotion ailleurs, et aux postes perdus qui n’avaient pas été remplacés.
J’ai pensé aux 11 ans de CDD de Sophia, ingénieure de recherche, qui ne pouvait pas louer un appart sans CDI, ni faire un emprunt à la banque.
J’ai pensé au courage de Pedro, qui a démissionné de son poste CR1 au CNRS pour aller faire de l’agriculture bio.
J’ai pensé aux dizaines de milliers d’euros que j’ai avancé de ma poche pour m’inscrire à des congrès internationaux très coûteux.
Je me suis souvenu d’avoir mangé une pomme et un sandwich en dehors du congrès pendant que nos collègues de l’industrie pharmaceutique allaient au banquet.
J’ai pensé au Crédit Impôt Recherche, passé de 1.5 milliards à 6 milliards annuels (soit deux fois le budget du CNRS) sous la présidence Sarkozy.
J’ai pensé au Président Hollande, puis au Président Macron qui ont continué sciemment ce hold-up qui fait que je passe mon temps à écrire des projets ANR.
J’ai pensé à tou·tes mes collègues à qui l’ont fait gérer la pénurie issue du hold-up. J’ai pensé à tous les projets ANR que j’ai écrits, et qui n’ont pas été sélectionnés.
J’ai pensé à ce projet ANR Franco-Allemande, qui n’a eu aucune critique négative, mais dont l’évaluation a tellement duré qu’on m’a dit de la re-déposer telle quelle un an après, et qu’on m’a finalement refusé faute de crédits.
J’ai pensé à l’appel Flash de l’ANR sur le coronavirus, qui vient juste d’être publié.
J’ai pensé que je pourrais arrêter d’écrire des projets ANR.
Mais j’ai pensé ensuite aux précaires qui travaillent sur ces projets dans notre équipe.
J’ai pensé que dans tout ça, je n’avais plus le temps de faire de la recherche comme je le souhaitais, ce pour quoi j’avais signé.
J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie.
Je me suis demandé si tout cela était vraiment utile pour la société, et si j’étais toujours passionné par ce métier ?
Je me suis souvent demandé si j’allais changer pour un boulot inintéressant, nuisible pour la société et pour lequel on me paierait cher ?
Non, en fait.
J’espère par ma voix avoir fait entendre la colère légitime très présente dans le milieu universitaire et de la recherche publique en général."




La précipitation est la plus grande ennemie de la véritable activité. study
Revenir en haut Aller en bas
toutank
Corail dur
Corail dur
toutank

Messages : 1093
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 52
Localisation : chey
Emploi/loisirs : Pilote de ligne

la recherche sur les coronavirus Empty
MessageSujet: Re: la recherche sur les coronavirus   la recherche sur les coronavirus Icon_minitimeJeu 12 Mar 2020 - 10:35

Bien venue en France 

La non anticipation de la france touche tout les domaines 
Les subventions dite prioritaire ne le sont pas forcément aux détriments de toutes logiques...
Plusieur rois ont perdus la tête afin de passer de la monarchie à  la démocratie, ont peux que mieux comprendre les
Comportements collectifs de rébellion qui règnent en France. 

Les sondes solaires ne sont plus d'actualité pour le moments, par contre les populations mondiale continue de mourir de fain...

Nous sommes trop nombreux sur le rocher n'oubliez pas la grippe espagnole 1918-1920 qui à  fait plus de morts que la première guerre mondial ! Ont  a  retenue que la premières guère mondiale  pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
goayzer
.
.
goayzer

Messages : 2045
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Saint Maurice la Clouère (86)
Emploi/loisirs : technicien de laboratoire

la recherche sur les coronavirus Empty
MessageSujet: Re: la recherche sur les coronavirus   la recherche sur les coronavirus Icon_minitimeJeu 12 Mar 2020 - 13:40

La recherche est un investissement pour l'avenir. Ce qui peut paraitre de la recherche fondamental futile et aux yeux de certains aujourd'hui sera probablement applicable demain, pour sauver des vie, que ce soit dans un contexte infectieux ou de famine.
L'exemple du spatial est un bon exemple beaucoup de monde utilise des technologies issue de la recherche spatiale sans même s'en apercevoir, comme les GPS ou les aliments lyophilisés.
Notre monde répond à l'instantané et l'émotionnel sans prendre de recul. Et notamment dans la crise du covid-19. Prendre du recul c'est savoir anticipé. Et pour anticipé et comprendre les mécanismes il faut étudier ces mécanismes d'où la Recherche reste importante en tout point et j'englobe de façon identique le savoir et l'instruction.




La précipitation est la plus grande ennemie de la véritable activité. study
Revenir en haut Aller en bas
goayzer
.
.
goayzer

Messages : 2045
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Saint Maurice la Clouère (86)
Emploi/loisirs : technicien de laboratoire

la recherche sur les coronavirus Empty
MessageSujet: Re: la recherche sur les coronavirus   la recherche sur les coronavirus Icon_minitimeDim 15 Mar 2020 - 1:46

IProtocole de fabrication d’1 Litre de solution hydro alcoolique selon l’organisation mondiale de la santé. 
1) ethanol a 96% : 833,3 mL
2) peroxyde d’hydrogène 3% : 41,7 mL
3) glycérol  98% : 14,5 mL
4) eau osmosée préalablement bouillie : 110,5 mL

Le titre alcoolique de la solution doit être d’environ 80% à plus ou moins 5%. 
Le peroxyde d’hydrogène n’est pas obligatoire il n’a pas d’action aseptique pour les mains.
Si vous ne l’utilisez pas remplacer le par la même quantité d’eau osmosée préalablement bouillie 

Certaines recettes utilisent des huiles essentielles, elles n’ont aucun effet aseptique sur les mains.
Vous pouvez remplacer le glycérol par n’importe quel emollient du moment qu’il soit neutre et n’engendre pas de réaction allergique et n’altère pas l’éthanol. 
 Utiliser de l’éthanol non dénaturé car certain agent dénaturant sont toxique et cancérigène comme le méthanol par exemple. 

J’espère avoir été utile à la communauté. 

Recifalement




La précipitation est la plus grande ennemie de la véritable activité. study
Revenir en haut Aller en bas
 
la recherche sur les coronavirus
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A vos photos : on recherche le plus beau potager..
» recherche camping pour mobilhome
» Recherche conseils pour construction soubassement pierre
» Recherche de stage BTS Agricole en Elevage Caprin- 2010
» recherche lieu dit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: DIVERS :: On parle de tout-
Sauter vers: